Rencontre avec un auteur, aujourd'hui Aurélie Le Marec

Publié le par Editions Tutti Frutti

 

Une auteure baroudeuse qui abolit les frontières de l’Asie…

Aurélie Le Marec est avant tout passionnée d’histoire de l’Art. C’est d’ailleurs la formation qu’elle a choisi de faire à l’école du Louvre où après avoir découvert les Arts asiatiques, elle se spécialise sur ceux du Tibet et du Népal et surtout de l'Inde, tout en s’intéressant à l’Art contemporain.

Après avoir commencé à exercer son métier d’historienne de l’art dans une galerie, elle décide de tenter une expérience extrême en partant vivre un an chez les Inuits du Canada.

 Motivée par l’envie d’apprendre la langue inuktitut, elle en profite pour travailler sur un documentaire, faire des traductions et donner des cours de français.

 

Lorsqu’elle rentre en France, elle opte cette fois pour le soleil et la chaleur et s’installe dans le Sud ( région PACA ) mais conserve sa curiosité pour les cultures d’ailleurs.
C’est là qu’elle fait deux rencontres déterminantes qui vont donner une nouvelle orientation à sa vie.
Au musée des Arts asiatiques de Nice, elle rencontre une 'maître de thé' chinoise qui la sensibilise à la technique de dégustation du thé et lui fait découvrir la ‘cérémonie du thé’telle qu’on la pratique en Chine.

A Aix en Provence, c’est une 'maître de thé’ japonaise, issue de la très réputée école de thé japonaise  ‘Omosenke’, qui lui révèle cet art sous l’angle du Japon. Aurélie Le Marec et elle deviennent amies et fondent même une association pour diffuser les pratiques culturelles liées au thé. Aurélie s’occupe de l’organisation et y retrouve son métier d’historienne de l’Art en jouant un rôle de pédagogue.


C’est cette amie, qui lui offre son premier  Furoshiki*, un emballage pratique et idéal pour transporter les ustensiles indispensables à la cérémonie du thé.

Le chemin d’Aurélie se poursuit en Bretagne, où la naissance de son premier enfant est pour elle l’occasion de s’intéresser à la couture et au textile. Par hasard, elle découvre dans un magasin de tissu...un sac en Furoshiki. 


Non seulement il est esthétique, simple à réaliser, réutilise les chutes de tissus pour ne pas les gâcher mais il répond aussi à son sens de l’écologie en évitant la fabrication de sacs plastiques non dégradables. Accessoirement il la ramène aussi vers cette culture japonaise qu’elle aime tant.


Bref, le Furoshiki est un objet parfait qui synthétise toutes ses passions.

Elle se lance avec l’envie de transmettre son savoir et crée ainsi les ateliers Furoshiki qu’elle prodigue en Bretagne et au musée des Arts asiatiques de Paris.


Lorsque l’éditeur des Editions Tutti Frutti décide de lancer un nouveau livre de Furoshiki, c’est naturellement à Aurélie qu’il fait appel. Et ce n’est pas un livre mais deux qui voient le jour en 2012 et 2014, le premier étant destiné aux adultes, le second plus spécifiquement aux enfants.

Aurélie a la volonté d’ouvrir cette forme d’Art à tous les publics et anime déjà certains ateliers destinés aux déficients visuels et auditifs. 


Elle réfléchit déjà à une formule idéale pour les mamans en panne de nounou :  ‘le Furoshiki avec bébé’ et ,sans doute influencée par les vignobles nantais, elle imagine aussi un projet ‘Furoshiki et vins’
On se plait à imaginer une bonne bouteille de vin à offrir dans un emballage aussi esthétique qu’hors du commun en se réjouissant qu’Aurélie abolisse ainsi les frontières...


*Le furoshiki (風呂敷?) est une technique japonaise traditionnelle d'emballage en tissu utilisée pour transporter des vêtements, des cadeaux, le bentō, etc.

 

Suivez Aurélie Le Marec sur son site , sa boutique en ligne et sur sa page Facebook



Les livres Furoshiki et Le Furoshiki un jeu d'enfant d'Aurélie Le Marec ( Editions Tutti Frutti ) sont disponible sur ce lien :
                         http://bit.ly/leslivresFUROSHIKIaurelieLEMAREC

Publié dans portraits

Commenter cet article