Piratage suite...

Publié le par Editions Tutti Frutti

Cette semaine j’ai eu l’agréable surprise de voir mon coup de gueule relayé sur divers forums de broderie.

Je tiens à remercier « publiquement » (blogiquement devrais-je dire) cette brodeuse internaute « Carinne », qui l’a fait spontanément. J’espère et je pense qu’elle se reconnaîtra. Merci pour votre civisme et votre sens de l’équité.

Voici une petite image que vous pourrez utiliser ;-).


A l’ère du tout numérique se pose réellement le problème de la propriété intellectuelle et industrielle d’une œuvre culturelle.

La copie d’une œuvre et la diffusion de cette copie étant facile et rapide on n’imagine pas forcement les efforts nécessaires à la réalisation de l’ouvrage original, et le mal que peut faire cette diffusion illicite.

Les producteurs d’une œuvre - cinématographique, musicale, littéraire - sont loin de l’image d’Epinal d’un être sans scrupule, cigare au bec et poches pleines de dollars. Ce sont avant tout des passionnés qui s’investissent et qui prennent souvent de gros risques financiers.

Ce type de détournement met en péril toute une chaîne fragile (cf les problèmes des producteurs de musiques).

Chaîne d’autant plus fragile pour des maisons d’éditions jeunes et indépendantes comme Tutti Frutti.

Plus de producteur, plus d’auteur, et pour ne pas détailler le raisonnement, une culture qui se Macdonallise (que de néologismes aujourd’hui).

Les réactions, et les encouragements, lus sur les divers forums me confirment vraiment dans ma politique.

Nous poursuivrons toutes personnes vendant de façon illicite les œuvres produites par Tutti Frutti.

Si l’on doit accepter la copie privée, voir l’échange raisonnable entre particuliers (pas question de scanner un modèle et de le mettre à dispo sur son site), l’idée qu’un de nos livres soit scanné et revendu est absolument inadmissible. C’est simplement du vol.

Merci à vous, internautes responsables, passionnés, pour vos réactions de sympathie.

Alexis

Commenter cet article