Jeudis créatifs Tutti Frutti, aujourd'hui la pochette de portable brodée de poyas de Bernadette Baldelli

Publié le par Editions Tutti Frutti

 

FOURNITURES

– 20 x 20 cm de lin
– 23 x 50 cm de tissu en coton imprimé – bobines de fils assortis
– ciseaux

 

Dimension de l’ouvrage : 15 x 9 cm 

 

REALISATION

 

Brodez l'un des motifs du Défilé de sonnailles au centre de la toile de lin (voir motif an bas de post ). 

Coupez le lin brodé en centrant le motif dans un rectangle de 11 x 17 cm, arrondissez les angles du bas et surfilez à la machine.

 

Glissez la doublure à l’intérieur de la pochette, épinglez le fond pour maintenir en place. Faites un ourlet de 5 mm sur l’envers de la doublure, réalisez le revers de la bordure supérieure en repliant le tissu de 2,5 cm sur le lin. Cousez au point invisible tout autour en haut.

 

Réalisez la doublure, dans le coton imprimé coupez deux rectangles de 11 x 20 cm. Arrondissez les angles de la base, surfilez. Envers contre envers, cousez les deux rectangles à 1 cm du bord sur les hauteurs et sur la base. Ouvrez les coutures au fer à repasser, retournez l’ouvrage. 


 
 

                          CULTURE       CULTURE      CULTURE      CULTURE

                            Les confidences de Bernadette Baldelli ...


 

"Ainsi je me suis intéressée aux Poyas, la représentation de cette tradition suisse se perpétue depuis des siècles toujours de la même façon. Poya est un mot patois qui signifie « chemin montant, montée à l’alpage, alpée ». Cette tradition appartient au canton de Fribourg en Suisse, on la trouve dans la Gruyère, la Sarine, la Glâne, la Veveyse et l’Appenzell. Autrefois, les  troupeaux étaient composés de vaches de différentes couleurs. On ressent une forte tradition pastorale dans la région de Fribourg les vaches tachetées rouges sont de race Simmental, les tachetées noires sont des Fribourgeoises. Par la suite, les races se sont mélangées, la Fribourgeoise a été remplacée par la Holstein, cependant on a gardé la Simmental. La fabrication des fromages attachée à la tradition de ces régions perdure, le Gruyère et le Vacherin Fribourgeois ont une appellation d’origine contrôlée (AOC).
Au printemps, les troupeaux montent vers les alpages : c’est la préalpes. Le but est la fabrication du fromage, cette économie locale fait vivre la région et dure quatre mois par an. On célèbre en grande fête la montée à l’alpage des paysans et de leurs vaches en grande fête. Un grand convoi se forme vers les pâturages alpins : les vaches guidées par les pâtres (vachers-bergers de la région de Fribourg.) ou des armaillis (bergers-fromagers de la Gruyère) prennent le chemin montant parées de leurs plus beaux atours, les sonnailles en fer forgé tintent, leurs colliers en cuir sont magnifiquement brodés et les vêtements des pâtres sont ornés de pièces de cuivre ou d’argent finement ciselées. Bêtes et paysans se mettent en route pour rejoindre les pâturages les plus proches à 800 m d’altitude. Durant toute la saison, le troupeau dispose de trois ou quatre alpages étagés jusqu’à atteindre le plus élevé (1800 m d’altitude) au mois d’août.
Au début du mois d'octobre, les vaches et leurs gardiens redescendent : c'est la désalpes (ou rindya en patois). Les vaches sont alors ornées de fleurs en papier de toutes les couleurs. Les meilleures laitières portent entre leurs cornes un siège de traite retourné surmonté d’un tout petit sapin fleuri. Les armaillis et le troupeau sont attendus au village : ce retour est l’occasion de grandes fêtes ! Aujourd’hui de nombreux touristes viennent assister à la désalpes.
 
Symboliquement, la Poya représente le rythme de la vie, la transition d’une saison à une autre, d’un endroit à un autre ; on célèbre ainsi le renouveau… Cette fête est représentée en peinture sur bois, également appelée Poya. Souvent, elle décore le linteau des portes de grange où est entreposé le foin pour la saison hivernale. On retrouve également cette représentation dans l’art délicat du découpage (typique de la Suisse) dès la fin du XVIIe siècle, ainsi que sur des gravures datant de 1754."

Publié dans JEUDIS CREATIFS

Commenter cet article